Livrets, assurance-vie… Où les Français placent-ils leur argent ?

La prudence, toujours la prudence… En mai dernier, les Français ont continué à mettre de l’argent de côté, à en croire la dernière note de conjoncture du groupe BPCE. “Au premier semestre, il y a eu une amélioration du pouvoir d’achat des ménages, observe Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’Epargne. Elle s’explique par les mesures prises en décembre 2018 au moment de la crise des “gilets jaunes” (comme la prime défiscalisée), mais aussi par le versement anticipé, en janvier dernier, des crédits d’impôt dans le cadre de la mise en place du prélèvement à la source.” Et dans un contexte économique relativement incertain, les ménages préfèrent l’épargne à la consommation.

Tour d’horizon des placements préférés des Français.

Les livrets en tête

Avec 16,1 milliards d’euros* collectés entre janvier et mai 2019, les livrets réglementés (livret A, livret B, livret de développement durable et de solidarité, livret d’épargne populaire et livret jeune) se positionnent comme les produits incontournables de l’épargne des Français. Il s’agit d’un “montant inédit depuis 2008”, relève BPCE.

Mais tous les livrets ne sont pas logés à la même enseigne. Sans surprise, ce sont le livret A et le LDDS qui attirent vraiment l’épargne des Français (voir tableau ci-dessus). A l’inverse, le livret d’épargne populaire et le livret jeune ont accusé une décollecte nette de 1,6 milliard et de 107 millions d’euros respectivement sur les cinq premiers mois de 2019.

De son côté, l’assurance-vie bat des records en ce début d’année. Entre janvier et mai derniers, ce produit a attiré pas moins de 13,1 milliards d’euros*, “la collecte la plus élevée depuis 2011”, note BPCE. Loin derrière, le plan épargne logement (PEL) n’a collecté que 671 millions d’euros* sur les cinq premiers mois de l’année.

 

15,5 milliards laissés sur les comptes courants

En réalité, le produit d’épargne préféré des Français n’en est pas vraiment un. Entre janvier et mai 2019, les particuliers ont placé (ou plutôt laissé dormir)… 15,5 milliards d’euros* sur leurs comptes courants ! Bien plus, donc, que sur l’assurance-vie, le livret A ou le LDDS. D’ailleurs, ce montant a plus que doublé en un an (7,1 milliards entre janvier et mai 2018).

“Les placements financiers sont jugés peu attractifs”, analyse Philippe Crevel. Il faut dire qu’avec un rendement moyen de 1,8% pour le fonds en euros de l’assurance-vie et une inflation de 1,8% en 2018, ce placement n’a tout simplement… rien rapporté l’an dernier en termes réel (net d’inflation). C’est encore pire pour le livret A et le PEL, dont les rémunérations sont seulement de 0,75% et de 1% respectivement. Du coup, les Français se constituent une forme “d’épargne de précaution extrême” en gonflant leurs dépôts à vue (les sommes placées sur leurs comptes courants).

A l’image des deux années précédentes, il est probable que les Français économisent moins à compter de ce mois de juillet. “On observe une certaine saisonnalité en matière d’épargne, indique Philippe Crevel. Au premier semestre, ils mettent de l’argent de côté, tandis qu’au second, ils doivent faire face aux dépenses liées aux vacances, à la rentrée scolaire ou encore aux fêtes de fin d’année.”

(*) Collecte nette : versements – retraits réalisés par les particuliers sur le produit d’épargne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s